Bien que bénignes, les hémorroïdes peuvent être gênantes au quotidien. Fréquentes chez les adultes, et plus particulièrement chez ceux de plus de 50 ans, une prise en charge rapide est essentielle pour ne pas que l’inconfort devienne récurrent. Comment les reconnaître et comment les traiter ? Détails et explications.

Les hémorroïdes : kézako ?

Les hémorroïdes sont des veines anormalement dilatées situées dans l’anus ou dans le rectum. Il est normal que les veines se dilatent après avoir été à la selle, bien qu’elles se rétablissent ensuite. On parle alors d’hémorroïdes lorsque les veines restent dilatées, sans revenir à leur état normal.

Les hémorroïdes se manifestent souvent pendant ce qu’on appelle des crises ou poussées hémorroïdaires. Ces crises sont caractérisées par une douleur plus ou moins intense ainsi que les démangeaisons au niveau de l’anus et des saignements peu abondants au moment de la défécation.

Il existe deux types d’hémorroïdes : les hémorroïdes externes et les hémorroïdes internes. Les hémorroïdes internes sont situées au niveau des veines de l’anus ou de la partie inférieure du rectum. Elles y créent souvent une protubérance et progressent facilement si rien n’est fait pour les traiter. Les hémorroïdes externes quant à elles sont situées sous la peau et sont plus sensibles.

Hémorroïdes : les facteurs de risque  

Le facteur de risque principal des hémorroïdes est l’âge, en raison de la perte de tonus des tissus. En effet, près de la moitié des adultes de plus de 50 ans sont victimes d’hémorroïdes. Il est également fréquent que les femmes enceintes et les femmes qui viennent d’accoucher en ont pendant un certain temps. Toutefois, les hémorroïdes peuvent aussi apparaître en fonction de plusieurs autres facteurs :

  • Avoir de la constipation ou de la diarrhée régulièrement
  • Avoir des prédispositions familiales
  • Être en surpoids ou souffrir d’obésité
  • Rester assis trop longtemps aux toilettes
  • Soulever de lourdes charges régulièrement
  • Manque d’activité physique (sédentarité)
  • Pratiquer la sodomie régulièrement

Traiter les hémorroïdes

Bonne nouvelle ! Les hémorroïdes sont assez faciles à traiter. Bien souvent, un remède maison ou un traitement disponible sans ordonnance suffit pour les soigner. Un onguent, une crème ou des suppositoires peuvent calmer les démangeaisons. En cas de fortes douleurs, un analgésique à prendre par voie orale peut également être prescrit par un médecin.

Envie d’un soin naturel ? Une synergie d’huiles essentielles à appliquer sur la zone douloureuse peut aussi soulager la douleur : menthe poivrée, lentisque pistachie, hélichryse italienne, macadamia ou encore calophylle inophyle… plusieurs recettes sont disponibles. Attention : il est déconseillé de prendre de l’aspirine ou de l’ibuprofène, car ils augmentent le risque d’avoir des saignements plus abondants.

Hémorroïdes : y a-t-il des complications ?

Bien que les hémorroïdes se traitent bien, il n’est pas impossible de rencontrer des complications. La complication la plus fréquente est la thrombose hémorroïdale (formation d’un caillot de sang). Même si son nom peut faire peur, la thrombose hémorroïdale n’est pas dangereuse, bienqu’elle puisse être assez douloureuse. Elles se manifestent par de fortes douleurs anales persistantes qui peuvent empêcher de s’asseoir. À savoir : le risque de thrombose hémorroïdale est plus grand en cas d’hémorroïdes externes.

Peut-on prévenir les hémorroïdes ? 

Bien sûr ! Voici quelques conseils pour éviter apparition des hémorroïdes :

  • Veillez à boire beaucoup d’eau et privilégiez les aliments riches en fibres : aubergines, asperges, tomates, patates douces, haricots, céréales complètes, fruits secs, chocolat noir à 70% de cacao… Il existe également des compléments alimentaires en fibres. Ne boudez pas non plus les laxatifs naturels tels que les tisanes à la verveine, l’huile d’olive ou encore le miel. En revanche, évitez les aliments qui peuvent irriter le colon (piment, épices…).
  • Ne retenez pas vos selles ou au contraire, ne poussez pas pour les forcer à sortir. Ne restez pas non plus très longtemps sur le siège des toilettes, car la position assise met de la pression sur le rectum et peu l’irriter.
  • Remplacez le papier toilette par des lavements à l’eau ou par des lingettes pour les bébés. Le papier toilette peut être abrasif pour le rectum.
  • Pratiquez une activité physique de façon régulière !

Ne laissez plus les hémorroïdes vous gâcher la vie !