La mauvaise haleine (appelée médicalement l’halitose) est une affection bénigne, mais particulièrement gênante au quotidien. Non traitée, l’halitose peut devenir un vrai enfer pour la personne affectée. Qu’on se rassure, la mauvaise haleine n’est pas une fatalité ! En effet, de nombreuses solutions existent. Détails et explications.

Suis-je atteint(e) d’halitose ?

Souffrir d’une mauvaise haleine après avoir mangé des aliments aux saveurs fortes est normal. Cependant, lorsque l’haleine malodorante persiste même après s’être brossé les dents, il faut se poser des questions. Non traitée, l’halitose (des mots latins halitus, haleine et osis, maladie, trouble) peut empirer avec le temps, mais surtout devenir un motif de gêne, d’anxiété et d’isolement chez la personne qui en souffre.

En cas de doute ou suite à des réflexions de l’entourage, rapprochez-vous de votre dentiste. Malheureusement, peu de gens le font par tabou, mais cette consultation va permettre de poser un premier diagnostic sur les causes de l’halitose. Le dentiste pourra procéder à un interrogatoire, à un examen buccal et éventuellement à un examen pour mesurer l’intensité de la mauvaise haleine (à l’aide d’un halimètre, d’une chromatographie (oralchroma) ou encore du BANA Test).

À savoir : 25 à 50 % de la population serait atteinte d’halitose, mais peu de gens osent en parler à leur médecin. Les hommes sont, en général, plus touchés que les femmes.

Mauvaise haleine : les principales causes 

Plutôt qu’une maladie en tant que telle, l’halitose est un symptôme causé par de nombreux facteurs :

  • mauvaise hygiène bucco-dentaire : Représentant 85 % des cas, c’est la première cause d’halitose. Bien se brosser les dents permet d’éliminer le maximum de bactéries de la bouche. Celles-ci se nourrissent des débris de nourriture et expulsent des composés soufrés volatiles malodorants par la suite. Une mauvaise hygiène dentaire permet donc le développement de ce genre de bactéries, responsables de la mauvaise haleine.
  • affections buccales : Une infection buccale, une inflammation des amygdales, une carie, de la plaque dentaire ou une maladie des gencives peuvent être à l’origine de la mauvaise haleine.
  • bouche sèche (xérostomie) : La salive a un rôle nettoyant. Un manque de salive assèche la bouche et provoque une haleine désagréable, car les bactéries s’y développent plus vite.
  • tabac : L’accumulation de goudron dans la bouche favorise à long terme une haleine désagréable. Fumer réduit également la salivation et favorise la bouche sèche. Enfin, fumer encourage aussi les maladies de la gencive.
  • alcool : L’alcool déshydrate et assèche la muqueuse buccale, ce qui encourage donc la prolifération de bactéries responsables de la mauvaise haleine.
  • sinusite chronique : L’accumulation de pus dans les sinus peut provoquer une halitose.
  • certains médicaments : Les médicaments comme certains antidépresseurs, antihistaminiques, antipsychotiques ou médicaments contre l’hypertension.
  • troubles digestifs ulcère de l’estomac, inflammation de l’œsophage, remontées d’acide… tous ces troubles peuvent provoquer une mauvaise haleine. C’est la piste à explorer en dernier. Une endoscopie peut être utile pour poser un diagnostic.

Traiter la mauvaise haleine

Solutions ponctuelles : 

Les chewing-gums et les pastilles aromatisés permettent d’avoir une haleine fraîche pendant un certain moment seulement. Pour plus d’efficacité, les chewing-gums et bonbons aux divers goûts de menthe ou à l’eucalyptus sont ceux qu’il vous faut. Les chewing-gums ont en plus l’avantage de faire mastiquer, ce qui va donc contribuer à produire plus de salive qui a un rôle protecteur contre l’apparition des bactéries et de la plaque dentaire.

Autre solution ponctuelle, les sprays rafraîchissants. Très pratiques, ils permettent de rafraîchir l’haleine plusieurs fois dans la journée. Attention toutefois : plusieurs sprays buccaux contiennent de l’alcool, ce qui peut assécher la muqueuse buccale et provoquer la mauvaise haleine. Préférez donc des formules sans alcool. Il existe même plusieurs recettes sur internet pour fabriquer un spray maison à l’aide d’ingrédients naturels (comme les huiles essentielles).

Solutions durables : 

Il est primordial d’avoir une hygiène bucco-dentaire optimale. En plus de se brosser les dents après chaque repas (donc 3 fois par jour environ), il est important d’utiliser du fil dentaire et de faire un bain de bouche après chaque brossage. Investissez également dans un gratte-langue pour nettoyer la langue plus efficacement. Astuce naturelle : saupoudrez un peu de bicarbonate de soude sur votre dentifrice 2 fois par semaine. Le bicarbonate de soude peut être également utilisé en bain de bouche ou encore en remède anti remontées gastriques.

Il est également conseillé de boire beaucoup d’eau dans la journée : en effet, cela contribuera à garder une bouche humide et donc à ralentir le développement des bactéries.

Autre point important : prendre régulièrement rendez-vous chez son dentiste. Il est recommandé d’aller chez le dentiste au moins une fois par an. En cas de mauvaise haleine persistante, cela est d’autant plus important. Se faire détartrer les dents annuellement est un gage de garantie pour réduire la mauvaise haleine. Il est important aussi de vérifier vos installations dentaires (plombages, couronnes…) : elles peuvent favoriser l’accumulation de débris alimentaires lorsqu’elles sont détériorées.

 

La mauvaise haleine n’est pas une fatalité ! Retrouver une haleine fraîche durablement est à la portée de tous.