800 000 à 1 000 000 de personnes seraient touchées par le glaucome en France. Ils seraient près de 500 000 à ignorer en avoir. Maladie oculaire touchant le nerf optique, le glaucome peut sérieusement altérer la vue et même conduire à la cécité s’il n’est pas rapidement pris en charge. Alors, comment dépister, traiter et prévenir le glaucome ? On fait le point.

Le glaucome : qu’est-ce que c’est ? 

Le glaucome est une maladie oculaire qui touche plus particulièrement le nerf optique et qui occasionne un rétrécissement du champ de vision. L’augmentation de la pression oculaire (hypertension oculaire) est causée par une mauvaise évacuation de l’humeur aqueuse, ce qui va endommager le nerf optique.

Le glaucome peut commencer à se développer dès 40 ans et survient généralement sur un seul œil, même s’il peut toucher les deux yeux. Le glaucome peut conduire à la cécité s’il n’est pas pris en charge. C’est d’ailleurs, selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la deuxième cause de cécité dans le monde après la cataracte.

Différents types de glaucomes : 
  • Glaucome chronique (ou à angle ouvert) : c’est le type de glaucome le plus courant. Ce glaucome se met en place progressivement sur 10 à 20 ans, dès l’âge de 40 ans, avec la réduction progressive du champ de vision, en partant de la vision périphérique. Il est généralement sans symptômes significatifs ce qui explique pourquoi de nombreuses personnes ne sont pas diagnostiquées.
  • Glaucome aigu (ou à angle fermé) : l’apparition de ce glaucome est brutale et douloureuse, avec une diminution importante du champ de vision, un œil rouge et dur. Il s’agit d’une urgence ophtalmologique. Cette forme de glaucome est plus susceptible d’apparaître chez des personnes de plus de 50 ans, des femmes généralement, et chez les personnes enclines au stress.
  • Glaucome congénital : il s’agit d’une forme rare de glaucome qui apparaît dès la naissance. C’est une forme le plus souvent héréditaire.
  • Glaucome secondaire : il est causé par une autre maladie oculaire, tels qu’un traumatisme ou une inflammation. Il peut être causé également par une tumeur, un cas avancé de diabète ou encore à cause de certains médicaments (stéroïdes).

Il existe d’autres types de glaucomes, moins courants, tels que le glaucome pigmentaire, le glaucome pseudo-exfoliatif, le glaucome néovasculaire, ou encore le glaucome du syndrome irido-cornéo-endothélial (ICE).

Les facteurs favorisants :
  • Avoir plus de 60 ans : si le glaucome peut commencer à se développer dès l’âge de 45 ans, à 60 ans, les risques de l’avoir sont 6 fois plus importants
  • Personnes d’origine africaine, asiatique et scandinave : les glaucomes ont une occurrence plus élevées chez les personnes avec ces origines (de 6 à 8 fois supérieurs chez les gens d’origine africaine)
  • Avoir des membres de la famille avec un glaucome : cela augmente de 4 à 9 fois les chances d’en développer un.
  • Autres risques : hypertension, myopie aiguë, prise de stéroïdes, hypothyroïdie ou encore diabète

Les différents traitements du glaucome :

Le glaucome (dans sa forme chronique), peut être diagnostiqué lors d’un examen ophtalmologique approfondi. Après examen, le médecin vous prescrira le traitement le mieux adapté à votre cas. Si le glaucome est déjà avancé, il faut savoir qu’aucun de ces traitements ne pourra réparer les altérations visuelles. Leur but est principalement de soulager l’hypertension oculaire afin d’éviter une plus forte dégradation de la vision.

  • Les collyres : ils sont prescrit en cas de glaucome modéré pour agir sur la pression artérielle. Cependant, ils doivent être pris quotidiennement et donc peuvent être contraignants. Il est possible qu’un patient ne réponde pas bien à ce traitement (brûlures, irritations etc.)
  • Le lazer : sans douleur et fait sous anesthésie locale, le lazer permet de soulager efficacement les glaucomes chroniques et aigus. Il est proposé aux patients chez qui le traitement aux collyres n’agit plus ou provoque des irritations. Afin d’avoir de bon résultats, plusieurs séances de lazer sont à envisager.
  • La chirurgie : elle est envisagée en dernier recours, après un échec des traitements aux collyres, puis au lazer. Il existe plusieurs types de chirurgies selon le type de glaucome ou selon la gravité.

Le glaucome : peut-on le prévenir ?

Il existe des moyens faciles à mettre en place au quotidien pour prévenir l’apparition d’hypertension oculaire et la chute brutale de la vision.

  • Aller régulièrement chez l’ophtalmologiste : à partir de l’âge de 40 ans, il est essentiel d’effectuer un examen complet de l’oei tous les un à trois ans afin de pouvoir dépister le glaucome.
  • Boire plus de thé : selon une étude récente, les gens qui boivent au moins une tasse de thé par jour ont 70 % de chance en moins de contracter un glaucome. Pourquoi ? Parce que le thé est riche en actifs tels que les catéchines, les théaflavines, mais aussi les antioxydants et en anti-inflammatoires. Attention : les bénéfices ne s’observeraient que si le thé est consommé chaud.
  • Éliminer les comportements à risque : consommer beaucoup de café, de l’alcool, fumer beaucoup de tabac et consommer régulièrement des aliments gras ou trop sucrés fait augmenter le risque de pression intra-oculaire. Arrêter ou limiter ces pratiques permet donc de retarder l’apparition du glaucome.
  • Adopter une alimentation saine : ce n’est pas nouveau, l’alimentation peut aider à prévenir de nombreux troubles, dont l’apparition de pression oculaire. Parmi les aliments à privilégier, favorisez ceux qui sont riches en vitamines A et C, en antioxydants, en luthéine et en zéaxanthine (tels que les choux, les épinards, les jaunes d’oeuf…).
  • Protéger ses yeux au quotidien : porter des lunettes de soleil de qualité, cligner souvent les yeux et opérer des pauses après un long moment passé sur un écran permet de moins fatiguer les yeux.
  • Avoir un mode de vie sain : pratiquer une activité physique modérée, éviter trop de stress au quotidien
  • Essayer les médecines douces : des séances d’acupuncture ou de réflexologie peuvent aider à réduire la pression dans les yeux.

Pour traiter le glaucome efficacement, le dépistage et la prévention sont la clé !