De nos jours, on ne jure que par son nom : la méditation. Désignée comme l’un des remèdes à de nombreux maux de notre époque, la méditation est une pratique simple mais néanmoins complexe qu’il ne faut pas prendre à la légère. Bienfaits thérapeutiques, contre-indications ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la méditation.

Qu’est-ce que la médiation ? 

La méditation est une pratique mentale et/ou spirituelle. Elle puise ses origines dans plusieurs mouvements spirituels orientaux, notamment le bouddhisme, hindouisme ou encore le taoïsme et même le christianisme, entres autres. Ses buts principaux : apprendre à lâcher prise et à ramener son attention sur soi-même.

Méditation : quels en sont les bienfaits ? 

Depuis plusieurs années, la méditation a le vent en poupe dans les pays occidentaux. Et pour cause : plusieurs études scientifiques ont démontré les nombreux bienfaits qu’elle pouvait apporter au quotidien :

  • Réduction du stress: grand fléau de notre société, le stress pourrait bien avoir trouvé un remède à sa hauteur. De nombreuses études scientifiques ont démontré que les personnes qui méditent régulièrement sont moins sujettes au stress, à l’anxiété ainsi qu’aux risques de dépression.
  • Stimulation du cerveau: méditer permettrait d’accroître la quantité de matière grise dans les zones liées à la concentration et la mémoire. Une meilleure concentration et une meilleure mémoire permettent également de développer la productivité, mais aussi la créativité.
  • Gestion de la douleur: la méditation pourrait entraîner une réduction de jusqu’à 40 % de la douleur physique chez les méditants réguliers soufrant de douleurs chroniques.
  • Une meilleure santé cardio-vasculaire : selon une étude américaine réalisée en 2012 sur des patients sujets à des risques d’accident cardio-vasculaires (AVC, crise cardiaque, décès), méditer quotidiennement réduirait les risques d’accidents cardiovasculaires de 48 %. Les raisons ? Diminution de la pression artérielle et réduction des rythmes cardiaques et respiratoires.
  • Une meilleure santé… tout court : renforcer ses défenses immunitaires ? Ce serait un des autres bienfaits de la méditation. En diminuant le stress, l’un des responsables de la baisse immunitaire, la méditation aurait un effet positif sur le bon fonctionnement des défenses immunitaires.

Méditer, comment ça marche ?

Il n’existe, heureusement, pas qu’une seule façon de méditer. En effet, de nombreux courants existent. Selon les méthodes, les points sur lesquelles vont se focaliser l’attention vont différer : respiration, une partie du corps ou le corps en entier, une phrase (appelée mantra) répétée en continu, les mouvements de la pensée …

Bonne nouvelle : la méditation ne requiert pas de matériel, ni de position particulière. Ainsi, elle peut être pratiquée un peu partout : au bureau, dans la voiture, dans un cours, seul ou accompagné, etc. La méditation n’a également pas d’âge limite pour être pratiquée. En revanche, on considère qu’un enfant est capable de bénéficier de vraies leçons de méditation partir de l’âge de 4-5 ans.

Les débutants pourront s’aider de méditations guidées, facilement accessibles sur internet. Il s’agit d’enregistrements sur laquelle la voix d’un guide dirige l’attention du méditant à travers des instructions. Les méditants les plus confirmés eux pourront juste s’accompagner d’une musique relaxante ou même se passer complètement de support audio.

Existe-t-il des contres-indications à la méditation ?

Même si on ne peut pas vraiment parler de contre-indications, certains aspects de la méditation ne sont pas à négliger. Premièrement, la méditation est déconseillée aux personnes fragiles psychologiquement ou atteinte de pathologies mentales (schizophrénie, trouble anxieux, phobies…). En effet, l’état d’abandon induit par la méditation permet de mettre en lumière les zones d’ombre de chacun (traumas, souvenirs douloureux, etc.). Il est donc nécessaire de se faire accompagner par quelqu’un dans ces cas de figure.

Un des autres dangers est celui de croire que la méditation est le remède à tous les maux. Perte de poids, arrêt de la cigarette… de nombreux ouvrages surfent sur la vague. Toutefois, dans ses cas là, la méditation ne peut pas être un remède en soi, mais plutôt une pratique complémentaire à une prise en charge médicale. Attention aussi au piège de croire que la méditation éradiquera complètement le stress ou la manifestation d’émotions négatives telles que la colère. Ce sont des émotions néanmoins utiles à petites doses qu’il ne faut pas chercher à annihiler.

Gare également aux déviances sectaires ! Si vous pratiquez la médiation avec une association, renseignez-vous bien à son sujet avant d’y adhérer. Méfiez-vous également des demandes de versement d’argent trop conséquents ou trop fréquents.

 

Alors, convaincu par la méditation ?