Que ceux qui n’ont jamais eu d’intoxication alimentaire de leur vie lèvent la main ! Très courantes et presque toujours bénignes, les intoxications alimentaires ne doivent pas néanmoins toujours être prises à la légère. Comment les reconnaître et quels en sont les symptômes ? Comment les prévenir et les soulager ? Quand manger rime avec risques, détails et explications sur des affections pas si rares que ça.

Une intoxication alimentaire, kézako ?

Vous êtes victime de diarrhée, de nausées ou de vomissements après avoir mangé quelque chose de douteux ? Et si c’était une intoxication alimentaire ? Il s’agit d’une affection causée par l’ingestion d’un aliment contaminé par une souche pathogène (bactérie, parasites, virus) ou par des agents chimiques (pesticides…).

Les aliments les plus fréquemment concernés sont la viande, les produits laitiers, la volaille, les œufs et les fruits de mer. Les fruits et les légumes ayant été en contact avec des aliments contaminés peuvent eux aussi porter des germes. La contamination des denrées est favorisée lorsque les aliments sont crus ou insuffisamment cuits, laissés à température ambiante ou mal lavés. L’eau peut être aussi contaminée dans certaines régions du monde.

Dans la plupart des cas, les intoxications alimentaires sont d’origine bactérienne (salmonelles, escherichia coli (e.coli), staphyloccoques  dorés et dans une moindre mesure les listeria, dont les infections sont plus graves).

Intoxication alimentaire : quels symptômes ? 

Les symptômes et leur délai d’apparition vont dépendre de la source de contamination. Généralement les symptômes apparaissent dans 12 à 72 heures après l’ingestion de l’aliment contaminé, même si une intoxication aux staphylocoque dorés peut se manifester dès 2 heures après.

Parmi les symptômes les plus courants, on retrouve les crampes d’estomac, les nausées et vomissements, la diarrhée et occasionnellement une perte d’appétit, de la fièvre, une sensation de faiblesse et des maux de tête.

Comment soulager une intoxication alimentaire ?

En règle générale, les petites intoxications alimentaires passent d’elles-même, en 2 à 7 jours. Pendant ce temps, il est primordial de bien s’hydrater (surtout en cas de diarrhée) et de privilégier le repos. Astuces : les boissons sportives (riches en électrolytes), l’eau de coco et les jus de fruits peuvent, en plus d’hydrater, contribuer à reprendre des forces plus rapidement.

Que manger ? Privilégiez les aliments faciles à digérer, en évitant les produits trop gras, les produits laitiers, les produits trop sucrés et trop épicés.

/!\ Attention à ne pas recourir à l’auto-médication sans l’avis de votre médecin. Prendre des antibiotiques pourrait s’avérer néfaste, surtout dans le cas d’une intoxication à e.coli, car des toxines dangereuses peuvent être libérées dans le sang et engendrer de plus grandes complications. Les antidiarrhéiques et antiémétiques entraveraient le mécanisme d’évacuation des bactéries à travers la diarrhée et les vomissements.

Intoxications alimentaires : quand consulter ?

Une intoxication alimentaire chez une personne fragile (nourrisson, enfant, femme enceinte, personne âgée ou immunodépressive) doit faire l’objet d’une consultation chez le médecin.

De même, si les symptômes persistent après 3 jours ou si des symptômes anormaux apparaissent tels que des maux de ventre aigus, une diarrhée sanguinolente, une forte fièvre, une vision brouillée, des difficultés à parler, une forte déshydratation ou encore des urines rouges, il faut impérativement consulter un médecin.

Comment prévenir les intoxications alimentaires ?

Respecter ces quelques gestes simples à observer peut éviter bien des désagréments :

  • Bien se laver les mains, notamment après avoir été aux toilettes, avant de cuisiner ou de manger (pour ce dernier cas, n’hésitez pas à utiliser un gel hydroalcoolique ou des lingettes si vous ne disposez pas d’eau à proximité)
  • Respecter une hygiène impeccable lors de la préparation des aliments ; bien laver les fruits et les légumes, surtout s’ils sont destinés à être consommés crus.
  • Bien conserver les aliments sensibles (viandes, volailles, produits laitiers, fruits de mer…) au frais dans des emballages bien fermés.
  • Respecter une cuisson homogène de la viande : seule une bonne cuisson garantit la destruction des bactéries.

 

En matière d’alimentation, soyez toujours exigeant avec l’hygiène !