La douleur chronique, un vrai fléau ? Si la douleur aiguë est pénible, mais bien utile, la douleur chronique peut devenir un vrai handicap au quotidien. Aujourd’hui, 7 millions de Français en souffriraient. Quels sont ses mécanismes ? Comment la soulager  ? Cap sur un phénomène de société pas si rare que ça.

Qu’est-ce que la douleur ? 

La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable. Etant basée sur un ressenti individuel, la douleur peut être parfois difficile à quantifier et à qualifier pour un patient.

Grâce à un stimulus chimique, thermique ou mécanique, les nerfs nocicepteurs ( terminaisons nerveuses situées au niveau de la peau, des muscles, des vaisseaux sanguins, des articulations et des viscères) vont envoyer une information à la moelle épinière puis au cerveau. C’est une fois l’information arrivée au cerveau que nous ressentons une sensation douloureuse. Cette douleur, dite aiguë, est bénéfique, car elle permet de nous informer d’un danger réel ou potentiel pour l’organisme.

Comprendre la douleur chronique 

En revanche, la douleur chronique (ou pathologique) ne représente pas ou plus un signal d’alarme. Il s’agit d’une douleur qui persiste depuis plus de 3 mois ou depuis plusieurs années, parfois même quand la cause initiale de la douleur a disparu. C’est une douleur qui peut diminuer, augmenter, disparaître et parfois réapparaître sans qu’on sache vraiment pourquoi. Résultat : la douleur chronique peut être très éprouvante au quotidien, sur le plan physique et moral.

Comment une douleur devient-elle chronique ?

Les raisons précises n’ont pas encore été élucidées. Cependant, elles pourraient être dues à une douleur aiguë mal soignée, à des séquelles irréparables (suite à des traumatismes) ou encore à des maladies de longue durée (migraine, algie vasculaire de la face, fibromyalgie, arthrite, cancers…)

Le rôle des émotions

Les émotions et la douleur étant étroitement liées, l’anxiété peut aggraver la sensation de la douleur chez les personnes souffrant de douleurs chroniques. En effet, certains facteurs émotionnels peuvent favoriser la production de substances chimiques qui vont elles-mêmes soit renforcer, soit inhiber le signal de la douleur transmis au cerveau. Ainsi, la fatigue, la dépression, la colère, l’anxiété, l’isolement, les soucis ou encore le manque d’activité physique vont stimuler le signal de la douleur. En revanche, le repos, la gaîté, le plaisir ou encore la relaxation vont favoriser l’inhibition de la sensation de douleur.

Douleur chronique : comment la soulager ?

Tandis que les douleurs aiguës passent habituellement d’elles-mêmes (en cas de besoin, les médicaments anti-douleurs peuvent éventuellement soulager), il est plus compliqué en revanche d’apaiser les douleurs chroniques. Or, ne pas prendre en charge la douleur chronique assez tôt, c’est prendre le risque qu’elle ait un plus grand impact physique et social au quotidien (dépression, repli sur soi, dépendance aux autres, difficultés professionnelles etc). Près de 8 millions des Français ne recevraient pas les soins appropriés pour soulager leurs douleurs.

Pourtant, des solutions existent pour calmer les douleurs chroniques. Il est important de parler à son médecin face à une douleur qui ne part pas. Voici quelques pistes pour les apaiser :

Traitements médicamenteux :
  • Les anti-inflammatoires non-stéroidiens (AINS) comme l’ibuprofène et le naproxène peuvent soulager ponctuellement les douleurs légères à modérées.
  • Le médecin peut aussi proposer des opiacés : la codéine pour les douleurs légères, de la morphine ou de l’oxycodone pour les douleurs plus sévères
  • Dans certains cas, des antidépresseurs peuvent être prescrits

► Sachez toutefois que les médicaments sont plus efficaces en combinaison avec des thérapies physiques et psychologiques.

/!\ Le paracétamol n’est pas indiqué pour soulager les douleurs chroniques : en effet, s’il est pris sur le long cours, il peut se révéler toxique pour le foie.

Approches complémentaires :

Relaxation, acupuncture, sophrologie, hypnose, méditation, stimulation électrique médullaire… Ces méthodes peuvent aider à calmer la douleur chronique, en plus des traitements classiques. Les traitements psychologiques (thérapies cognitives, thérapies comportementale) sont souvent conseillés, car ils peuvent aider à rompre le cercle vicieux de l’anxiété qui accentue le mal-être. Ces approches sont conseillées dans les cas de douleurs chroniques liées à la fibromyalgie ou aux céphalées de tension chroniques.

La douleur chronique n’est pas toujours une fatalité : ne la subissez plus !