L’allergie est une défaillance du système immunitaire. Il s’agit d’une réaction contre des substances étrangères allergènes (pollens, poussière, aliments…). Elle peut provoquer des symptômes multiples tels que l’asthme, la rhinite ou encore l’eczéma. Les causes de l’allergie sont variées : pollution, stress, tabagisme… Cependant, plusieurs études ont démontré que le réchauffement climatique aurait un effet néfaste sur l’incidence des allergies. En effet, la hausse des températures entraînerait une augmentation des pollens responsables d’allergies respiratoires. Alors, comment le réchauffement climatique amplifie-t-il le risque des allergies ? Comment soulager les symptômes ? SHOP PHARMACIE répond à toutes ces questions.

Réchauffement climatique : quel impact sur les allergies ?

Les conditions climatiques jouent un rôle important dans les manifestations allergiques. Pendant l’hiver, les conditions météorologiques froides limitent la dispersion des pollens dans l’air. Cependant, dès le mois d’avril, la hausse de la température favorise la présence des pollens en grande quantité, ce qui augmente les risques d’allergies respiratoires.

Plusieurs études ont ainsi démontré que le nombre de personnes touchées par les allergies explose avec le réchauffement climatique. Pour cause : les émissions de pollens seraient plus intenses et durerait plus longtemps. On comprend donc le lien avec le réchauffement de la planète.

Comment soulager les allergies respiratoires ?

Il existe deux types d’allergies respiratoires : la rhinite allergique et l’asthme allergique. Outre les pollens, de nombreuses autres causes sont responsables de ce type d’allergies (pollution atmosphérique, moisissures, animaux domestiques, tabac…). Pour soulager les allergies respiratoires, vous pouvez opter pour des traitements médicaux ou des astuces plus naturelles :

Du côté des remèdes naturels :

Il existe plusieurs remèdes de grand-mère pour soulager les symptômes d’une allergie respiratoire :

  • L’aromathérapie : L’huile essentielle d’estragon est un remède efficace grâce à ses propriétés antiallergiques. Il est recommandé de l’associer à de l’huile essentielle de camomille ou de fenouil. Vous pouvez appliquer ce mélange (dilué au préalable dans une huile végétale) au niveau du sinus, du thorax et du haut du dos 2 à 3 fois par jour. Vous pouvez également diffuser ce mélange dans les pièces à vivre (salon, bureau…).
  • Le ginko biloba : Les feuilles de ginko biloba aident à soulager l’asthme allergique grâce aux antihistaminiques spécifiques qu’elles contiennent. Vous pouvez préparer une tisane avec 20 à 40 grammes de feuilles pour 1 L d’eau. Il est ainsi conseillé d’en boire une tasse par jour.
  • L’ortie : Cette plante est très conseillée dans le cas d’allergies respiratoires saisonnières. Elle aide à limiter les écoulements nasaux et les démangeaisons. Vous pouvez verser 2 cuillères à café d’ortie dans 150 ml d’eau chaude puis laissez infuser ; à boire 3 fois par jour.
  • Les feuilles de plantain : Riche en vitamine A et B, elles contiennent des substances anti-inflammatoires et bronchodilatatrices. Les infusions de feuilles de plantain sont très recommandées (2 à 4 tasses par jour).
  • Le cassis : Connu pour son effet anti-allergique, le cassis contribue à diminuer la sensibilité aux allergènes. Faites des infusions de feuilles de cassis et buvez chaque matin une tasse durant 3 semaines.
Traitements médicaux :

Plusieurs traitements médicaux existent pour soulager les pathologies d’allergies respiratoires :

  • Les corticoïdes : Indiqués pour des crises sévères d’allergie, ils permettent de réduire l’inflammation des bronches.
  • Les anti-leucotriènes : Ils permettent de bloquer les leucotriènes qui sont à l’origine d’une allergie respiratoire.
  • Les antihistaminiques : Ils peuvent être prescrits pour réduire les symptômes d’une rhinite allergique (démangeaisons, écoulement nasal…)

Si les symptômes persistent, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé afin d’éviter des complications. Une désensibilisation peut être prescrite par un allergologue si le patient est gêné et si l’allergie s’avère invalidante.